* La Route des Artisans *

 

" L'artisanat des villages castés " 

 

Tissage_traditionnel_du_coton___Village_de_Gawd__Bof_

 Filage de la Laine

 

La région de Matam est réputée pour l’habileté de ses artisans qui ont su garder vivantes des pratiques très anciennes. L’artisanat y est organisé en castes. Ce système instauré au XIIIème siècle par l’empereur du Mali Sounjata Keïta est encore fortement présent dans l’inconscient identitaire des habitants du Fouta Toro. Chaque caste a ses traditions spécifiques. On peut citer : les Saké (cordonniers), les Wayilbé (forgerons et bijoutiers), les Laobé (boisseliers, sculpteurs sur bois), les Mabobé (tisserands, potiers), les Ccubalbé (pêcheurs), les Wambabé (Griots) … et bien d’autres. Leur savoir faire sont souvent associés à des connaissances mystiques. La particularité de la région de Matam réside dans la concentration d’une spécialité dans un même village. On parle de villages « castés », creusets où le sens sacré du travail, héritage des ancêtres, est préservé.

 

 

Broderie_Traditionnelle_du_Fouta

Broderie Traditionnelle - Ndeye GUISSE - Sémmé

 

 

Ogo, est un village très ancien, à quelques kilomètres d’Ourossogui, qui a connu des dynasties de roi. Après les premiers habitants, tailleurs de pierre et d’os, les Laobé produisaient des objets usuels en bois qu’ils décoraient. A cet artisanat d’utilité succèdent aujourd’hui des créations artistiques dont certaines s’exposent en Europe. L’atelier regroupe une soixantaine de Laobé qui travaillent essentiellement l’ébène, une essence protégée.

 

 

 

Pochettes_des_Cordonniers

 

Les pochettes en cuir réalisées par les cordonniers

 

 

A Bokidiawé, on trouve un quartier Soninké. Les Femmes, cultivatrices pendant la saison sèche, sont teinturières à l’hivernage. Tradition ancestrale importée du Mali, elles pratiquent la teinture naturelle à l’indigo. Les motifs traditionnels sont obtenus grâce à des techniques de nœuds et de plissages complexes. Elles utilisent aussi des teintures chimiques pour répondre à la demande du marché. La diversité des couleurs associée à la richesse des savoir faire produisent des « Thioub » de grande qualité, appréciés par les créateurs.

 

 

 

D_coration_des_Calebasses

 Décoration des Calebasses

 

 

Wassakodé est un village où les femmes d’artisans sont potières. La technique « au colombin » leur permet d’obtenir canaris, passoires, pots à encens, personnalisés par des décorations spécifiques. Les poteries sont cuites sous des amas de branchages et de bouses.

 

 

Les_Mabob__du_village_de_Gawd__Bof____Les_Potieres

 Les femmes potières (Mabobé)

 

 

Mboloyel est un village de tisserands. Ils fournissaient les cotonnades utilisés pour la confection des vêtures traditionnelles. Le tissage était une activité de morte-saison, pratiquée après les récoltes. Des fils de différentes couleurs sont utilisés sur un métier ancestral et rudimentaire. Archaïque, il est équipé d’une poulie, souvent décorée et peut « atteindre une haute perfection esthétique ». Il permet de produire des bandes d’environ vingt centimètres de large, pouvant être ornées de motifs variés et riches. Assemblées et teintes par les teinturières, elles servent à confectionner des pagnes, mais aussi des sets de table et des éléments de décoration. Elles sont aussi intégrées aux créations des stylistes de renom dans un démarche de métissage de grande qualité. 



Tissage_traditionnel

 Tissage traditionnel

 

 

Les cordonniers de Sinthou Mogo fabriquent des babouches, des pochettes, des chapeaux Peulh dans le carré familial où un autre frère est bijoutier.

 

 

 

Fabrication_d_amulettes_pour_prot_ger_les_Enfants

 Les Saké (cordonniers) fabriquent des protections pour les petits enfants

 

 

Malgré l’invasion des produits chinois, les artisans continuent à fournir un artisanat très varié, authentique et de grande qualité, pouvant constituer un levier du développement de la région. Aller à la rencontre des artisans de Matam, c’est aller au devant d’une culture riche de traditions et de savoir faire issue du métissage de conquête et de longues migrations. Il a, encore de nos jours, conservé son utilité.

 

 

 

Jeu_traditionnel_Africain

Pot___encens

 

 

 

 

 

Poteries du Fouta

A gauche : un jeu traditionnel Africain

A droite : un pot à encens