Cuisine__ 

 

Le Fouta Toro est une région reculée et isolée du reste Sénégal et pourtant l’une des plus intéressantes pour véritablement connaître le pays car c’est le territoire le plus anciennement peuplé avec des traditions que l’on ne peut voir que là-bas. Le principal problème est que ces traditions ne sont pas mises en valeur par les autorités régionales et nationales pour promouvoir le tourisme. Peu d’information, de documents, et forcément peu de touristes mis à part les quelques routards qui se rendent au Mali par Kidira en passant par la route de la Vallée du Fleuve. Les lieux hôtels ou petites auberges sont donc très rares si l’on ne reste pas dans les familles. La plupart des hébergements, comme dans tout le Sénégal, sont tenus par des européens, parfois des couples mixtes, quelques uns par des Sénégalais originaire du Fouta, et chose étonnante, les grands hôtels plus luxueux sont financés et tenus par des politiciens ou des grands patrons eux aussi originaire du Fouta …

Comme à Dakar ou le reste du Sénégal, les prix restent assez élevés avec un prix minimum de 10.000 cfa la chambre, mais par contre, au Fouta, le peu d’hébergements existant sont de très bonne qualité.

Cependant, je vous donne ici des adresses que parfois je n’ai pas testé puisque je dors et mange toujours dans les familles. Pour certaines, j’ai eu l’occasion de rencontrer les gérants et d’en visiter les chambres. Je vous indiquerais dans la description de chaque lieu, les adresses que je connais et celles que je ne connais pas. De même, si vous êtes un hébergeur et que vous souhaitez ajouter votre adresse, contacter-moi, et si vous êtes un voyageur et que vous avez un bon plan, contacter-moi aussi !

 

Ou dormir ?

  

 

Dakar

 

  

* Auberge « le Poulagou » : commençons par le commencement. Une adresse que j’aime beaucoup, d’une part pour l’ambiance du quartier dans laquelle elle se trouve, de son rapport qualité/prix, et d’autre part pour son nom qui m’immerge tout de suite dans la culture Peul avant de prendre la route du Fouta. Le Poulagou est en effet un concept qui détermine le comportement que tout Peul digne de ce nom se doit d’adopter pour respecter ses origines. L' auberge Le Poulagou à Yoff Thongor Plage, à 5 minutes de l' aéroport. Accueil très sympa par Sala, Luc, Khalil, Baldé, Mariata et Zeina, avec des chambres propres. L’auberge est au bout du quartier attenante à la plage des pêcheurs où l’on peut se balader tranquille loin de la cohue de la ville. Au petit matin, à l’étage de l’auberge une vue magnifique sur la plage et les pêcheurs qui partent en mer avec leur pirogue, et le soir les camions qui viennent prendre le poisson pour l’emmener vers Dakar. Pour se rendre dans le centre ville, prendre un taxi, un clando, ou le bus, sur la grande route de l’aéroport. www.poulagou.ch / 00.221.338.20.23.47

 

 

Auberge_Le_Poulagou___Yoff_Thongor_Dakar

 L'auberge Le Poulagou à Yoff Thongor - Dakar

 

* Chambre de Bekaye KA dans le quartier Cambérène : Bekaye est un Peul originaire du Fouta. Il possède une chambre qui sera bientôt aménagée, avec douche et toilette. Sa femme peut aussi vous préparer les repas et Bekaye est aussi guide et emmène régulièrement les touristes au Fouta. Très sympa, et balade assurée avec la plage à proximité. Bekaye KA : 00.221.77.773.29.10

   

 

Richard Toll

 

 

* Gîte d’étape du Fleuve : je ne connais pas cette adresse mais au vu des commentaires que je peux voir sur les différents sites de voyage, un hébergement d’une très bonne qualité avec vue sur le fleuve, mais un prix un peu élevé.

Chambre single à 23600CFA (35.98€), chambre double à 27600CFA (42.08€)

Tél : 00.221.339.63.32.40

 

 

* Hôtel « la Taouey » : une autre adresse que je connais pas, car à vrai dire, je ne suis jamais venu à Richard Toll mis à part pour manger lorsque le car qui part au Fouta s’y arrête.

Chambre single à 14600CFA (22.26€), chambre double à 18600CFA (28.36€),

Tél : 00.221.339.63.34.31

 

 

 

Podor

 

 

* L’Auberge du Tékrour – La maison Guillaume Foy : je n’y ai jamais dormi mais j’ai visité l’auberge. La ville de Podor est tout d’abord une ville que j’apprécie beaucoup et que je trouve sublime, tranquille et oubliée de l’Histoire, Podor était la capitale de l’ancien Royaume du Tékrour qui est devenu par la suite le Fouta Toro. C’est une ville à partir de laquelle on peut se déplacer dans des villages chargés d’Histoire et très important pour le Fouta Toro.

L’auberge est située sur les quais de Podor, très bonne qualité et accueil sympathique. Le plus de l’auberge est que les propriétaires européens sont engagés à travers leur association, Podor Rive Gauche, dans la promotion du tourisme, la rénovation des quais, et font un gros travail sur l’Histoire et le Culture de Podor et des alentours.

A partir de 15.000 cfa - www.podor-rivegauche.com

Depuis l’étranger, le 00.221.775.26.52 00, ou depuis le Sénégal, le 775.26.52.00

 

 

 

Le_Quai_Boubou_SALL_de_Podor

 

Le Quai Boubou Sall à Podor, en arrière plan, les maisons coloniales

 

 

 

* Gîte d’étape « Keur Ninon » : un lieu que je ne connais pas, mais le prix est intéressant pour ceux qui ont un petit budget. Il se situe à l’entrée de la ville près de la gare routière.

Chambre et petit déjeuner à 6600 cfa ou 5500 sans petit déjeuner.

Tél : 00.221.33.965.16.42

 

 

* Centre d’Accueil du PROGERNA : quelques chambres avec salles de bain, entre 7000 et 8000 cfa.

Tél : 00.221.33.965.12.16

 

 

* Centre d’Accueil du service des eaux et forêts : chambres avec climatisation. Autour de 7000 cfa.

Tél : 00.221.33.965.12.29

 

 

 

 

Ndioum

 

 

* Auberge « Les Jardins du Fouta » : une superbe étape à 4 kms avant l'entrée de la ville. Un accueil vraiment sympathique, une cuisine familiale, bref .. une très bonne adresse. Le fleuve est à 100 mètres de l’auberge et promet une bonne petite balade au coucher du soleil.

15.000 cfa la chambre simple et 20.000 cfa la double, repas à 4500 cfa.

Tél : 00.221.77.533.26.62

 

 

Auberge_Les_Jardins_du_Fouta___Ndioum

 

Auberge " Les Jardins du Fouta " à Ndioum

 

 

 

* Auberge « Samassa » : Samassa est le Nom d’un grand marabout très respecté du Fouta, originaire de la ville de Matam, Thierno Mamadou Samassa.

L’auberge est très visible, sur la nationale, tout près de la gare routière, mais je n’y ai jamais dormi et je ne peux pas vous en dire plus.

 

 

 

Ourossogui / Matam

 

 

Sur beaucoup de sites de voyage, on vous donnera l’adresse de certains établissements sur Matam alors qu’ils se trouvent à Ourossogui. Il faut savoir que Matam est la capitale régionale avec tous les bureaux administratifs, qu’elle se trouve au bord du fleuve et non sur la route nationale, alors qu’Ourossogui est très visible sur la route et concentre tous les commerces, banques et activités. Il est très facile de rejoindre Matam à partir d’Ourossogui en allant à la gare routière, il faut compter environ 20 à 30 minutes, mais dormir à Ourossogui ce n’est pas dormir à Matam (et inversement).

 

* Auberge « Oasis du Fouta » à Ourossogui :  une très bonne adresse qui est très fréquenté par les nombreuses ONG de la région, des groupes de jeune et quelques touristes en recherche d’aventure. J’y passe régulièrement pour saluer le patron et les employés et pour y avoir dormi, je conseille fortement cette auberge qui est de toute façon l’une des seule bonne adresse après Ndioum.

A l’entrée de la ville juste avant le carrefour, et proche de la gare routière.

17.000 cfa la chambre simple, 20.000 cfa la chambre double, possibilité de petit déjeuner et déjeuner (spécialités locales).

Tél : 00.221.33.966.12.94

 

 

* Hôtel « Sogui » : juste en face de l’auberge « Oasis du Fouta ». Un grand hôtel ou je ne suis jamais allé, mais selon les dires moins bonne qualité que la première auberge. Le patron qui est tout le temps sur Dakar possède un deuxième hôtel, plus petit, sur la route de l’hôpital dans le centre d’Ourossogui.

Tél : 00.221.33.966.15.36 / 00.221.33.821.29.75

 

 

 

Kanel

 

 

Kanel est une petite ville dont on ne parle jamais sur les sites et guides de voyage. C’est la capitale départementale de la région de Matam. C’est vrai qu’il y a moins de choses à voir que Podor ou Bakel, mais il faut venir à Kanel pour la gentillesse, l’hospitalité et la tranquillité de ses habitants. La ville regorge de richesses culturelles, mais pour les voir il faut entrer dans les familles, prendre le temps de connaître les gens et leurs habitudes … une très bonne étape sur la route.

Le seul soucis, pas encore d’hébergements pour les voyageurs. Mais ça ira InchAllaH, contactez-moi et je vous donnerais des bonnes adresses, et peut-être aurons nous l’occasion de nous voir là-bas puisque c’est une ville où je passe beaucoup de temps.

 

 

 Samba_Oumar_Boulo_BA___Ville_de_Kanel___Fouta_Toro___S_n_gal_1

 

Samba Oumar BA peut vous accueillir chez lui

à Kanel dans la plus pure tradition Haal Pulaar

 

 

 

Orkadiéré

 

 

* Hôtel « Bilbassy » : construit par le Président de la Communauté Rurale d’Orkadiéré, cet hôtel où je ne suis jamais rentré est un grand hôtel très visible sur le long de la route nationale. On peut souvent y voir des meetings politiques ou des grands 4x4 à l’entrée. Pour le reste, je n’en sais rien et pas plus d’informations sur les guides.

 

 

 

Gawdé Bofé

 

 

Gawdé Bofé est un petit village Haal Pulaar d’environ 650 habitants à 30 kms avant Bakel. C’est l’un des derniers villages du Fouta et il se situe dans les terres (ce qu’on appelle le Diéri). La vie y est encore traditionnelle et très éloigné de la modernité de Dakar et même des grandes villes du Fouta Ses habitants pratiquent l’élevage du bétail, l’agriculture et un peu de commerce avec les 4 boutiques du village. On peut voir au petit matin les Peuls partirent en brousse avec leurs grands troupeaux de vaches, ou les hommes se rendrent au champ pour y cultiver le mil, le maïs et les haricots, pendant que les femmes vont puiser l’eau au puits. Gawdé Bofé possède aussi de l’artisanat traditionnel : la poterie, le tissage, la teinture, la cordonnerie … bref, beaucoup de choses à découvrir et à faire. Car y venir, ce n’est pas seulement regarder, c’est aussi participer ! Et pour ceux qui aiment la musique du Hodu, cette petite guitare en bois, il y a à quelques centaines de mètres Gawdé Wambabé, un village exclusivement habité par des Griots Peuls.

C’est un village où je suis très régulièrement et c’est là où je dors la majorité du temps lorsque je suis au Fouta, chez Benoît DIOP, mon ami infirmier.

Pour ceux qui souhaiteraient découvrir la vie d’un petit village Peul au cœur des terres du Fouta, soyez les bienvenus, et contacter moi (David) au 06.82.46.53.40 (00.33.682.465.340)

 

 

Village_de_Gawd__Bof____D_partement_de_Kanel___R_gion_de_Matam___Fouta

 

Le Village de Gawdé Bofé près de Bakel

 

 

 

Bakel

 

 

* Hôtel « Le Boundou » : petit hôtel situé sur la route de l’hôpital. Chambres très simples et propres. On peut aussi juste y venir manger ou boire un coup. Belle vue sur le fleuve et proche du centre ville de Bakel.

8000 cfa la chambre simple et 12.000 cfa la double. Chambres ventilées ou climatisées, au choix. Menu à 3000 cfa.

Tél : 00.221.33.983.52.80

 

 

 

 

Ou manger ?

 

 

Une fois que vous êtes arrivés au Fouta, ce n’est pas un problème pour manger. Vous trouverez toujours des restaurants ou des petits endroits pour découvrir les spécialités locales. Je ne vais donc pas vous faire une liste de tous les restaurants car elle serait trop longue, mais je peux vous donner quelques bonnes adresses typiques.

En revanche, le plat typiquement Peul, vous ne pourrez le manger que le soir dans les familles. C’est un plat qu’il faut absolument goûter lorsque l’on se trouve au Fouta car lorsque le repas du soir arrive, c’est forcément le "Lacciri é Haako" qui se compose de graine de mil et des feuilles de Haako (les feuilles de haricots) suivi du Lacciri Kosam, la même graine avec du lait pour faire office de dessert. Il n’y a pas une famille au Fouta qui ne mange pas ce plat le soir.

 

 

Les_gamelles

 

 

 

Ndioum

 

 

* Auberge « Les Jardins du Fouta » : on peut y dormir, on peut aussi s’arrêter pour manger ! très sympa, ambiance familiale, et spécialités locales. Le mieux est de réserver au 00.221.77.533.26.62

 

 

 

Ourossogui 

 

 

* Auberge « Oasis du Fouta » : c’est une auberge mais vous pouvez aussi juste y venir manger, spécialités Sénégalaises, très copieux et succulent.

 

 

* Garage d’Ourossogui : un très bon ami qui tient une petite gargote au milieu du garage, café touba, sandwichs, omelettes … pour pas cher ! discussion garantie dans un endroit atypique ! Essayer de le trouver, c’est le seul vendeur qui a des dreadlocks.

 

Sinon, tous les restaurants du garage (on pourrait dire des routiers) qui accueillent les gens de passages sont de très bonne qualité, on mange pour pas cher des spécialités locales dans une bonne ambiance, très pratique en attendant le car ou la voiture.

 

 

 

Kanel

 

 

* Une fois à Kanel, le mieux est de se rendre dans le centre ville. Il n y a pas grand chose pour manger, mais il y a quand même un tout petit restaurant ou l’on y mange très bien et comme d’habitude pour moins de 1 euros. Il est situé sur la rue principale au niveau des commerces de Kanel, un peu après la mosquée.

Sinon, comme pour l’hébergement, je peux vous donner des adresses de quelques amis où vous serez très bien accueillis dans leurs familles.

 

 

 Une_dibiterie_de_Kanel

 Une dibiterie (vendeur de viande) à Kanel

 

 

 

Orkadiéré

 

 

* Le long de la route, en plein milieu de la ville, un petit restaurant sympathique et très bonne cuisine. Vous reconnaîtrez le restaurant à ses peintures colorées sur la devanture.

 

 

Semme

 

 

* Dans le centre de Semme sur la grande place, un petit restaurant typique ou l’on mange pour pas cher (moins de 1 euros) des spécialités Sénégalaises.

 

 

Bakel 

 

  

* En face de l’hôpital. Ce n’est pas un restaurant mais une toute petite gargote en bois et en paille ou vous pouvez manger un mafé ou un thieboudien (riz au poisson) pour 500 cfa (moins d’1 euros). Ce sont les personnes qui accompagnent un patient à l’hôpital qui à l’heure de manger viennent ici, ce qui fait que l’on peut toujours discuter et rencontrer des gens. Copieux et comme d’habitude très bon.

 

* Hôtel « Le Boundou » : menu à 3000 cfa environ.