La_Route_de_la_Vall_e_du_Fleuve___Fouta_Toro___S_n_gal 

 

 

« La  route de la vallée du fleuve est monotone et sublime de  «désertitude ». Les bâtiments les plus modernes sont certainement les stations-service, que l’on retrouve régulièrement tout du long, et surtout à Dagana, Podor, Ourossogui et Bakel. Le mieux pour plus de sécurité, est de partir toujours avec le plein ou de quoi faire le double de la distance à parcourir. Remonter les rives du fleuve vers l’intérieur, c’est entreprendre de la quitter pour ne le retrouver que par endroits, en principe dans les villes, où l’on peut s’arrêter. La route est ainsi faite qu’elle ne longe jamais vraiment le fleuve Sénégal et que l’aridité et la chaleur sont les impressions dominantes » Le Petit Futé



 

Les voies de communication au Sénégal

Distance entre les villes Sénégalaises

 



 

 

Carte_du_S_n_gal 

 

 

Venir au Fouta / à partir de Dakar ou Saint Louis 

 

 

Il faut s’imaginer que cette région est loin de tout. Eloigné de la capitale, des grandes villes, des infrastructures hôtelières et touristiques. La contrepartie est qu’elle est aussi préservée car éloignée du tourisme de masse, de la pollution, de l’hyper consommation et de la modernité occidentale qui gagne les capitales Africaines. D’où l’intérêt pour la région, mais il faut l’avouer et ne pas se le cacher, elle se fait désirer et s’y rendre est difficile tant le réseau routier est mauvais (peut-on d’ailleurs parler de réseau ?).

 

 

Ceci dit, rien n’est perdu et au Sénégal il n’y a pas de problèmes, que des solutions :

 

 

  • Avoir sa voiture personnelle ou en louer une directement sur place s’avère un choix judicieux si l’on peut se le permettre. Cela permet de faire le trajet en plusieurs étapes tout en prenant son temps, puis aussi de se déplacer une fois arrivée au Fouta car être tributaire des transports locaux est intéressant pour découvrir la culture et faire de belles rencontres mais cela est vite épuisant.

Le contact d’un ami sur Dakar et Saint-Louis qui peut vous louer une voiture. Contact très fiable et voiture bien adaptée au Fouta, même dans les terres : faites-confiance à : 

Jules au (00.221) 77.556.63.22

 

 

 

La_voiture___Jules_en_arri_re_plan

 

 A l'arrière plan, une des voitures de Jules en location

 

  • Les cars : vous pouvez prendre les grands cars, ce que je connais le mieux puisque c’est à chaque fois de cette manière que je me rends au Fouta. Ce sont des cars 55-60 places en bon état et qui en général n’ont pas de problèmes. Ils desservent toutes les villes et même les villages jusqu’à Ourossogui, parfois Bakel. Il y’a donc beaucoup d’arrêt durant le trajet, surtout à partir de Podor, mais c’est bien pratique lorsque l’on veut se rendre dans un petit village sur le goudron et voyager à petit prix.

Il faut se rendre à la gare routière de Pompiers ou celle de Pikine qui se situent toutes les deux à Dakar mais vous pouvez aussi prendre le car en cours de route si vous êtes à Saint Louis par exemple. En général, à partir de Pikine, les cars partent entre 16h et 18h et vous voyagé la nuit ce qui n’est pas une mauvaise idée car l’après-midi attention à la chaleur... Vous arrivez un peu en avance et prenez votre billet auprès du coxer (vendeur de billets). Les tarifs ne sont pas négociables et même si vous êtes étrangers vous payerez le même prix que les locaux, on est déjà au Fouta il n’y a pas d’arnaques ! Jusqu’à Ourossogui, 6000 cfa avec parfois 1000 cfa pour les bagages. Jusqu’à Podor, compter 4000 cfa. Vous donnez votre nom et prénom et on vous donne un ticket avec un numéro, lorsque le véhicule est prêt à partir, on appelle les passagers un à un et on s’installe à l’intérieur. Bonne organisation !

Le trajet est fatiguant et long, pour se rendre au cœur du Fouta, à Ourossogui, il faut compter 13 à 15h de route. Le car s’arrêtera une fois pour manger, en général à Richard-Toll, et repartira aussitôt le repas terminé, ensuite plus d’arrêt si ce n’est les voyageurs qui descendront dans les différents villages le long du goudron. Pour les plus jeunes, c’est un bon moyen de transport, peu cher, qui reste confortable et sur (je n’ai jamais connu de panne sur l’ensemble de mes voyages) et qui permet tout de suite de s’immerger dans la culture Haal Pulaar, le car étant rempli de Pulaar qui rentrent dans leur famille au Fouta.

 

 

  •  Les 7 places : ce sont des voitures qui prennent jusqu’à 7 personnes et se rendent vers toutes les destinations à l’intérieur du Sénégal. Vous arrivez au garage et réservez vos places, quand la voiture est pleine, le chauffeur démarre et le voyage commence. C’est aussi un bon moyen de se déplacer, un peu plus cher mais plus rapide. L’inconvénient est que parfois on peut attendre très longtemps avant qu’elle se remplisse (en général de Dakar au Fouta il n’y a pas de problème mais dans le sens inverse, pour revenir à Dakar, l’attente peut-être longue longue longue …), et les places à l’arrière de la voiture sont bien souvent inconfortables, il faut se tordre en deux pour rentrer.

 

  • Les mini-bus : aucun avantage mais beaucoup d’inconvénients. Dieu sait que je ne suis pas difficile mais pour l’avoir fait une fois dans le sens inverse (de Ourossogui à Dakar), je le déconseille fortement. Le prix est assez élevé et le confort n’est vraiment pas bon, les bus sont pleins à craquer et la distance paraît du coup beaucoup plus longue. Vous serez très serré, parfois à peine la place de ranger ses jambes et à l’arrivée il vous faudra quelques jours de repos avant de commencer votre séjour.

 Mini_bus

 

Un Mini-bus

 

 

  • Le bateau « Bou El Mogdad » : autrefois, à l’époque des grands commerces d’ivoire, de gomme ou d’esclaves, le fleuve était sans doute la voie naturelle la plus sure. Aujourd’hui, on ne circule plus vraiment sur les eaux du fleuve Sénégal. Ceci dit, un bateau mythique a repris son activité depuis 2005 après vingt ans d’absence, le « Bou El Mogdad ». Auparavant, le navire transportait des marchandises et des passagers de 1950 à 1970 de Saint-Louis à Bakel et jusqu’au Mali. Maintenant, il est possible pour les touristes de naviguer sur le fleuve entre Saint-Louis et Podor. Se renseigner sur le site de la compagnie du fleuve :  www.compagniedufleuve.com

 

* Conseils * si à Dakar ou à Saint-Louis vous dormez dans un hôtel ou une petite auberge, tendez l’oreille et écoutez le programme des autres voyageurs Peut-être trouverez-vous quelques personnes souhaitant se rendre au Fouta. C’est parfois de cette manière que l’on peut s’organiser à plusieurs pour se déplacer. Par exemple, pour éviter d’attendre que la 7 places se remplissent, si vous êtes déjà 4 à réserver cela facilite les choses. De même, il y a beaucoup d’ONG qui ont leur propre véhicule (très confortable pour le coup …) et travaillent dans la zone du Fouta, allez-y au culot et demander-leur de vous emmener.

 

 

 

 Distance_entre_les_villes_du_S_n_gal

 

 

Circuler au Fouta / entre Dagana et Bakel

 

 

Pour se déplacer entre les villes et villages du Fouta, vous n’aurez pas l’embarras du choix : sur des longues distances, par exemple entre Podor et Ourossogui ou Bakel, le mieux est là encore de pendre un grand car que vous trouverez dans les gares routières. Pour les courtes distances, vous prendrez les 7 places ou les mini-bus que vous arrêterez directement sur le bord de la route ou aux gares routières des villes. Les 7 places sont plus rapides et plus confortables sur les courtes distances mais sont aussi beaucoup plus cher que les mini-bus. A vous de voir !

 

 

  • Pour Podor qui est enclavé sur le bord du fleuve, il faut se rendre à Taredji, au carrefour sur la route nationale, et attendre le car qui vient de Dakar. Là il n’y aura pas de billet car vous le prendrez en cours de route, il faudra alors négocier le prix en fonction de la destination où vous aller. Des 7 places et mini-bus circulent aussi régulièrement et font la navette tout au long du goudron jusqu’aux villes et villages. De Podor à Taredji (et en sens inverse) il y a les 7 places, les clandos, et les fameuses bâchées. Mais attention si vous vous rendez à Podor de ne pas arriver après 21h à Taredji car vous ne trouverez plus de véhicules pour vous emmener et vous serez obligé soit, de dormir sur place en trouvant un coin sous la paillote des vendeurs de viande, soit de payer très cher pour faire déplacer les chauffeurs qui dorment dans leur voiture. En général, même après 21h vous trouvez du monde à attendre pour se rendre à Podor et vous pourrez vous organiser pour payer un chauffeur. Tout est possible !

 

  • Ourossogui dispose d’une grande gare routière avec tous les types de véhicules pour se rendre à toutes les destinations du Sénégal. N’hésitez pas à demander car cela peut être déstabilisant au début de se repérer dans le garage, et pourtant chaque destination à sa place attribuée et l’organisation est bonne. Pour se rendre à Matam qui est, comme Podor, enclavé au bord du fleuve, il faut prendre les 7 places ou mini-bus au garage et compter 30 minutes de route. Une fois à Matam, il y a des taxis, clandos et mini-bus.

Pour se déplacer dans Ourossogui, ne pas oublier la charrette qui peut vous emmener partout et même jusqu’à l’hôpital. Très pratique et bien sur pas cher du tout.

 

 

Gare_routi_re_d_Ourossogui

 

 La Gare Routière d'Ourossogui

 

 

  • La ville de Kanel a elle aussi sa gare routière, plus modeste bien sur, mais qui permet là encore de rejoindre les différentes villes du Fouta en mini-bus. Au garage, vous ne trouverez que des mini-bus. Un coxer est là (en général Monsieur Diallo avec son célèbre chapeau Peul), demander-lui et il vous orientera vers votre destination. Il pourra vous donner un ticket en fonction de là où vous vous rendez. Si vous êtes du côté de la station essence, vous pouvez aussi attendre des véhicules le long de la route qui prennent en général des passagers pour remplir les voitures. A l’intérieur de la ville, les distances ne sont pas très grandes puisque Kanel est une petite ville, il n’y a pas de taxi ni aucun véhicule de transports en commun si ce n’est la charrette (si vous voulez aller au marché ou à la gare routière par exemple).

 

Gare_routi_re_de_Kanel_au_petit_matin

 

La Gare Routière de kanel

 

 

 

* Bon à savoir * si vous séjournez à Kanel et que vous voulez rentrer sur Dakar, un grand car fait le voyage chaque lundi et jeudi tôt le matin au même prix que celui d’Ourossogui (6000cfa). Il part sur la place derrière les commerces sur la rue principale. Prenez les billets la veille au soir du départ, le coxer attends là-bas les clients, tranquillement assis sur son banc.

 

 

  • Bakel est aussi bien desservie et à la gare routière (juste à l’entrée de la ville avant le marché) vous trouverez tous les véhicules en partance vers Ourossogui, Podor, Saint Louis ou Dakar, ou bien de l’autre côté en continuant vers Kidira, à la frontière avec le Mali, puis vers Tambacounda. Dans la ville, des taxis ou clandos vous emmènent au marché, à l’hôpital et là où vous souhaitez vous rendre.

 

 Le_March__Central_de_Bakel

Le marché de Bakel où vous pourrez aussi prendre un transport

 

* Conseils * il est à noter que l’ensemble des véhicules s’arrête là où vous leur demander de s’arrêter. Même si vous vous rendez dans un minuscule village le long du goudron, le mini-bus ou la 7 places va vous y emmener. Il ne suffit que de demander et de discuter le prix ! en bref … de se mettre d’accord !

 

 Les_charettes__moyen_de_transport_indispensable_au_Fouta

La charette, moyen de transport indispensable au Fouta !